Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Valentin

Brève introduction

Il ne pouvait y avoir parmi nos falaises poitevines, un site plus complémentaire que Béruges. L’endroit, assez méconnu et reculé – la pancarte à l’entrée de Béruges « les chemins du Poitou secret » ne fait que le confirmer – n’en reste pas moins digne d’intérêt. Et c’est peu dire.

Une fois stationné sur les bords de la Boivre, il suffit d’emprunter le sentier partant à gauche du pont. A une centaine de mètres, on ne peut alors manquer et ce, malgré le feuillage assez dense, ces murs jaunes et ocres, voire carrément orangés. Ils surprennent les randonneurs et attirent irrémédiablement les grimpeurs. Difficile d’y résister…

Béruges apporte à la région un site athlétique et sportif très agréable. En particulier l'hiver, lors de journées humides : il reste possible de grimper grâce aux nombreux dévers du site. Les falaises ne dépassent pas les vingt mètres de haut. Douze dégaines suffisent donc amplement. Le site est divisé en quatre secteurs : secteur des dévers, secteur des Alpages, secteur Charlie et le secteur des dalles, pour proposer une cinquantaine de voies du 4c au 7c (Terminator, Charlie cartonne et Les Rues de feu). Là encore, les styles sont très variés.

Sculpté majestueusement, le bas des falaises permet à chacun de s’élancer et de s’échauffer convenablement. Mais en gagnant quelques mètres, les difficultés s’annoncent vite. En effet, la particularité majeure du site est son important nombre de surplombs, des passages courts, techniques et souvent blocs. Le secteur Charlie en est entièrement constitué, sauf peut-être dans La voie du Condor (5c+). Les difficultés sont donc essentiellement condensées dans ces surplombs. C’est le cas de Transperceneige (7a), de Charlie cartonne (7c) ou de Passeport pour l’enfer (7a).

Le long de la Boivre : Béruges et ses falaises orangées

Voilà à quoi s'attendre, en longeant les chemins de terre (assez boueux par temps humide) : de superbes falaises calcaires orangées et ocrées, quelle ambiance !

Ci-contre, le secteur des dévers.

Au loin, on distingue des blocs blancs et gris clairs : il s'agit des surplombs du secteur Charlie.

Dans les dévers ocrés du secteur le plus à l’ouest 

Ce secteur est assez impressionnant. Ses parois sont très certainement les plus déversantes des falaises de Béruges. Près de vingt mètres de roches jaunes et ocre d’où s’échappent des reliefs creusés et galbés. Ces dévers orangés n’en finissant pas, donnent une légère impression d’écrasement au départ des voies. A droite de la fissure, plusieurs bombés, de plus en plus accentués ont été à l’origine de l’ouverture des Noces de sang (7a).  Dans la conque juste à sa gauche, des voies plus accessibles ont été ouvertes : Popeye aux gros bras (6b+) et Désert des Tartares (6b). Mais le niveau d’ensemble se situe plutôt dans le septième degré. En outre, le pied des falaises, des marches naturelles permet un assurage sécurisé.

L’ensemble des voies propose ainsi une escalade continue, finissant dans des toits plus ou moins prononcés – la partie supérieure des falaises. Ces passages relativement techniques et physiques nécessitent une lecture précise. Ce qui est le cas dans Super Nana (7a+) ou également dans Tchao Pantin (7a), par exemple.

L’ambiance de ces dévers pourrait rappeler certaines longueurs de la Visera à Mallos de Riglos[1]. Evidemment à Riglos, la hauteur et la roche ne sont pas du tout les mêmes. Il s’agit d’un conglomérat de galets, joints les uns aux autres par une sorte de ciment naturel, le pudding ou poudingue. Mais, ces parois orangées et continuellement déversantes m’ont pourtant fait penser aux falaises de Béruges. On y retrouve bien cette grimpe tout en continuité, peu technique où naît progressivement le gaz et souvent interrompue par des surplombs : les fameux panzas espagnols.

La juxtaposition des deux – continuité sur de bonnes prises et passage court, teigneux et technique – en fait un ensemble unique. Chaque voie, dont le crux final apparait souvent complexe ou casse-tête[2], reste pourtant un plaisir à enchaîner.

Une des lignes les plus belles est le mixte empruntant le départ de Tchao Pantin, (la partie orange-vive, à droite des bombés) pour finir dans la sortie de Salut l’enfoiré. Même si elle est une des lignes les plus accessibles du secteur, elle demeure néanmoins athlétique. Le mixte est tout simplement fantastique !

[1] En Espagne, un site unique et gazeux à quelques heures de Pau, dans les provinces aragonaises ! Des voies comme La Fiesta de Los Biceps ou Zulu Demente parcourent cette « casquette espagnole » de bas en haut.

[2] Par casse-tête, il faut entendre de longues et agréables séances à la recherche du bon mouvement. 

Christine, en train d'enchaîner Tchao l'enfoiré (7a), avec aisance !
Christine, en train d'enchaîner Tchao l'enfoiré (7a), avec aisance !
Christine, en train d'enchaîner Tchao l'enfoiré (7a), avec aisance !

Christine, en train d'enchaîner Tchao l'enfoiré (7a), avec aisance !

Passeport pour l’enfer (7a)

A l'extrémité du secteur Charlie se trouve un dernier surplomb. Il s'agit de celui de Passeport pour l'enfer, une voie très technique mais aux mouvements superbes. Eric (grimpeur d'expérience) lui accorde même le titre de "plus belle voie de Béruges". Cette voie n'est en réalité pas très athlétique (un poil tout de même). C'est plus une question d'équilibre et de placements judicieusement choisis. Le pas de départ en est la preuve. Après un pied-main aboutissant au blocage du pied dans le trou sous le surplombs, il faut basculer et pivoter pour relancer main droite au-dessus du surplomb. Il ne reste alorsq plus qu'à remonter les pieds ! Mais il ne faut pas se réjouir trop vite, la suite demande autant d'attention, si ce n'est plus !

Passeport pour l’enfer (7a)

A l’extrémité du secteur Charlie, un dernier surplomb. Il s’agit de celui de Passeport pour l’enfer, une voie très technique mais aux mouvements superbes. Eric lui accorde même le titre de « plus belle voie de Béruges ». Contrairement aux apparences, cette voie n’est pas très athlétique, elle ne fait pas forcer sur les avant-bras. C’est plutôt une question d’équilibre et de placements judicieusement choisis. Le pas de départ en est la preuve. Après un blocage de pied dans le trou situé sous le surplomb, il faut basculer en pivotant pour relancer main droite au-dessus de surplomb. Alors, il ne reste plus qu’à remonter les pieds et le tour est joué. Enfin, la suite est aussi très fine, de mni-réglette pour les pieds et des trous souvent douloureux pour les doigts. 

Le surplomb et la conque de Passeport pour l'enfer.
Le surplomb et la conque de Passeport pour l'enfer.

Le surplomb et la conque de Passeport pour l'enfer.

Sélection de voie (+topographie)

La fissure poitevine (5b) : le long d'une fissure bien pourvue en prises. Sympathique et homogène. 

35 - Mets ton doigt où j'ai mon doigts (6b) : un pas teigneux sur deux mono-doigts.

34 - La Roulette russe (6b+) : départ à droite du surplomb de Passeport, en utilisant le gros trou. Deux pas assez blocs pour se dégager du surplomb, pour finir en suivant une fissure à peine prononcée. Très jolie voie. 

Bushido (6b+) : dans un autre style, sans surplombs. Un pas au départ, et une fin déversante sur de bonnes prises. Pour que la cotation ne soit pas tronquée, il faut bien rester  dans l'axe et ne pas se servir du dièdre gauche en haut. Avec la précédente, les deux 6b+ à faire impérativement à Béruges ! 

Mixte Tchao Pantin et Salut l'enfoiré (6c+) : diagonale passant par le début de Tchao et sortant dans Salut l'enfoiré

Noces de Sang (7a) : passe par la succession de surplombs, pour se hisser sur une petite vire avant de finir par un pas technique et physique de sortie.

33 - Passeport pour l'enfer (7a) : 

Bientôt un topo de ces voies ! 

Autour de Béruges :

Apparemement la pêche à la truite ou l'équitation. 

Le long de la Boivre : Béruges et ses falaises orangées
Le long de la Boivre : Béruges et ses falaises orangées
Le long de la Boivre : Béruges et ses falaises orangées

Christine qui sort du premier pas de La Roulette Russe (6b+), avant d'attaquer la deuxième partie de la voie.

Pour toute autre information, n'hésitez pas à me laisser un message. Et bonne grimpe !

Commenter cet article

... 26/05/2013 22:44

A quand d'autres articles..? :D

Latil 14/03/2013 17:30

Jolies photos, Belle description de cet endroit.

legrand j.p et nelly 12/03/2013 22:14

Toujours très intéressant, bel atmosphère,
que la nature est belle !

val 13/03/2013 23:48

Oh oui, qu'elle l'est...