Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Valentin

Cap Canaille

Deux grandes voies pour ces derniers jours, direction cap Canaille à Cassis. Des falaises atypiques, hors-normes et étrangement sculptées, mais qui devant la notoriété des calanques d'en Vau et de Castelviel, restent bien moins fréquentées que ces dernières. Cap Canaille, c'est un ensemble variant de 100 à 350 mètres de hauteur, mêlant une roche friable, dans les tons jaunes ou blancs, des blocs orangés et terre de sienne, pour terminer par du pudding (étrange mélange, réunissant terre et galet, rougeâtre). 

Mardi, nous avons choisi Tchao Bella, une voie assez courte, près du secteur d'Ouvreur de Bouse. 

Tchao Bella (ou Ciao Bella), TD+

L1 6a : dans de gros blocs, le plus souvent friable, une petite traversée à la fin, engoncé sous un toit peu haut. 

L2 6a+: mur de départ à trous qui fait la cotation. Dommage que la longueur finisse dans les buissons et le sable...

L3  5c : une longueur homogène et assez courte, seul le mur de départ est intéressant.

L4 6b+ et L5 en 6c : les deux longueurs clés de la voie. La L4, une traversée fine et gazeuse, géniale. Ne pas partir trop haut au-dessus des clous. La 6c, sur une dalle verticale bien orangée, est bien physique, en particulier la dernière fissure. Deux longueurs magiques, qui valent totalement le détour, à faire impérativement !

Pour comprendre le nom de la voie, il faut la faire : c'est après l'ascension seulement, que chacun se dira  : " Ciao Bella...".

Comme il nous restait un peu de temps avant la nuit, nous avons fini dans le secteur proche pour faire quelques voies en couennes. A première vue, le rocher paraissait peu engageant. Une espèce de pudding, se terminant par du granite grisâtre. Mas en nous approchant, quasi immédiatement, j'ai eu envi de m'y lancer ! Des centaines de galets, anthracites, orangés, rosâtres, jaunes dépassant du mur, étaient liés les uns aux autres par une sorte de ciment naturel. Pour débuter, une longueur me tentait terriblement, mais elle ne figurait pas sur le topo. Peu importe, je me suis lancé. Au final, enchaînée à vue, nous l'avons coté 6a+. Elle se situe à droite de deux voies dans le 7. 

Puis, j'ai terminé par une 6c, les Poux dingues, que je n'ai pas réussi à enchaîner au premier essai. Des derniers mètres en double dülfer, où l'on passe d'une écaille à une autre, en pivotant de gauche à droite, unique ! 

 

 

Chargé comme une mule, avant de partir dans L1 (dégaines et en coinceurs au baudrier)Chargé comme une mule, avant de partir dans L1 (dégaines et en coinceurs au baudrier)

Chargé comme une mule, avant de partir dans L1 (dégaines et en coinceurs au baudrier)

Des longueurs surnaturelles, aux prises démentielles
Des longueurs surnaturelles, aux prises démentielles
Des longueurs surnaturelles, aux prises démentielles

Des longueurs surnaturelles, aux prises démentielles

Cap Canaille et ses grandes voies

Pour finir, voici quelques traces des longueurs, perdues au milieu des galets. Ici, la 6a+ introuvable du topo, homogène, ludique, tout pour elle.

Cap Canaille et ses grandes voies
Vue sur les calanques cassidennes...

Vue sur les calanques cassidennes...

Dernier jour à Cap Canaille

Pour conclure ce stage à tout point inoubliable, il nous fallait une voie à la hauteur...

Bienvenue chez Damoclès, TD+, 6b<6c

L1 6a : un pas bloc pour sortir de la fissure de départ, c'est de la dalle (les prises varient selon les passages, ça casse pas mal...)

L2 6a+ : de bonnes prises, pour sortir d'un dévers oppressant, très sympathique, mais déroutant

L3 6c, première traversée, sur une roche encore un peu friable, pour se retrouver dans un escalier vertical, où les plats abondent. Le gaz commence.

L4 6a : passage dans un trou à mi-hauteur, pas évident pour s'y introduire, mais une fois à l'intérieur, c'est le pied.

L5 6a+ : passage clé, et très esthétique, débutant par une traversée gazeuse (un écart à faire au-dessus de 100 mètres de vide) pour finir dans le rocher sculpté et impressionnant, typique de cap Canaille. 

L6 6c, pas de difficulté technique, mais alors quel gaz ! Une traversée psychologique, au dessus d'un toit, où la peur de se retrouver coincé dans la cavité sous-jacente est permanente. La longueur de Bienvenue chez Damoclès. Même en second, le gaz est là

L7 6b, courte longueur dans le pudding, sur galets

L8 6a, toujours dans le pudding, très facile après L6 et L7...

Pour accéder au pied de la voie, trois rappels successifs : le premier rappelant les joies du canyoning, où l'on est obligé de se faufiler entre deux parois ressérées, de 15 mètres. Le second de 20 mètres : des buissons en folie, potentiellement emmerdant. Puis le dernier, aérien, de 50 mètres : se méfier de l'installation, les deux clous sont mal équilibrés, risque de superposition des deux brins. Au passage, pour ce dernier rappel, Slem était parti le premier ; je l'ai rejoins ensuite. J'avais pris pour la descente, le sac de corde vide. Evidemment, en pleine descente, il s'est ouvert, laissant flotter dans mon dos, la bâche noire intérieure. Batman était donc de sortie ? 

Mais où est donc passé Batman ? (pas d'arnaque, un grimpeur est bien en train de descendre sur la photographie)

Mais où est donc passé Batman ? (pas d'arnaque, un grimpeur est bien en train de descendre sur la photographie)

Cap Canaille et ses grandes voies
Cap Canaille et ses grandes voies
Cap Canaille et ses grandes voies
Cap Canaille et ses grandes voies
L6 en 6a+ magnifique, aérienne et tellement agréable !
L6 en 6a+ magnifique, aérienne et tellement agréable !

L6 en 6a+ magnifique, aérienne et tellement agréable !

Le sémaphore, cap Canaille...

Le sémaphore, cap Canaille...