Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Valentin

Stage à Riglos

Ah, Riglos... Difficile d’en parler sans une féroce nostalgie. C’était tellement attendu, tellement espéré, tellement rêvé. Aussi, lorsqu’au seuil de la nuit, le ciel éteint, nous pûmes enfin apercevoir les lignes extravagantes des falaises de Los Mallos de Riglos, l’excitation attint son sommet. On y était. Il ne restait plus qu’une dizaine de kilomètres à travers les sinueuses routes aragonaises, après trois heures en Volkswagen Caravelle – pour les autres, ça aura été un peu plus.

Il s’agit d’un ensemble géologique unique : des falaises de pudding[1], véritable conglomérat à galets, joints les uns aux autres par un ciment naturel, d’une couleur orange vive due à l’oxyde de fer. Par endroit, et en particulier dans certaines voies peu parcourues ou juste ouvertes, le rocher est délité, voire friable. Il n’est pas rare que certaines prises lâchent sans crier garde. Mais c’est l’essence-même du site et ce qui vous donnera par moments, de belles suées froides le long du front.

[1] Ou poudingue en français. 

 

El Cuchillo et la Visera

El Cuchillo et la Visera

La Visera, Chinatown, (6c+/7a max) ED

La Visera, ça donne ça lorsqu'on est à son pied ! La grande trainée blanche est la ligne de la Fiesta, alors que Chinatown passe par l'arête.

La Visera, ça donne ça lorsqu'on est à son pied ! La grande trainée blanche est la ligne de la Fiesta, alors que Chinatown passe par l'arête.

Sarah et Valentin dans la magnifique L4 de 50 mètres, tout en continuité (6b+)
Sarah et Valentin dans la magnifique L4 de 50 mètres, tout en continuité (6b+)
Sarah et Valentin dans la magnifique L4 de 50 mètres, tout en continuité (6b+)
Sarah et Valentin dans la magnifique L4 de 50 mètres, tout en continuité (6b+)
Sarah et Valentin dans la magnifique L4 de 50 mètres, tout en continuité (6b+)

Sarah et Valentin dans la magnifique L4 de 50 mètres, tout en continuité (6b+)

Sarah en finit avec la traversée en 6a+ (L7), ça gaz !  Ci-dessous, Simon s'engage dans L8 (7a).
Sarah en finit avec la traversée en 6a+ (L7), ça gaz !  Ci-dessous, Simon s'engage dans L8 (7a).

Sarah en finit avec la traversée en 6a+ (L7), ça gaz ! Ci-dessous, Simon s'engage dans L8 (7a).

El Pison : Vixente Inùxente (6b obligatoire, 7a max) ED 260 m

Légèrement affaibli par l’ascension de la veille, c’est pourtant avec vigueur que nous nous sommes élancés dans le Pison. Romain et Simon avait proposé de partir dans Vixente Inuxente, ce qui m’enchantait. Sarah, aussi déterminée que moi, serait en second avec Simon. Alors que je serais en binôme avec Jeanne-Luce.

L1 6a+ : Première longueur au départ un peu expo. Un pas à mi hauteur nécessite de la réflexion et quelques blocages. Il s’agit de contourner par la droite une énorme « patate », extra-patinée.

Passage auquel se heurta Jeanne-Luce, les prises « lissées » et « polies » ne lui convenaient pas tellement.

L2 6a : Une longueur homogène, sans difficulté notoire, si ce n’est un léger surplomb vers le milieu. Les points peuvent être parfois un peu loin.

L3 6b+ : Départ carrément expo – être très attentif. Une section peu soutenue, mais engagée précède un crux technique et athlétique : un passage en dülfer surprenant.

Des premières longueurs très belles, mais néanmoins patinées.

L4 6a : Simon dirait que ces deux longueurs déroulaient. J’irais aussi dans ce sens à un détail près, les clous m’ont semblé bien loin ! De fait, ma progression dans ces longueurs aura été nettement plus « mesurée ». Relai sur la gauche, dans une niche fientée.

L5 6a : Comme ça précédente, continuité sur des galets typiques de Riglos. Attention, ça se raidit en sortie !

L6 7a : Le crux de la voie. Plusieurs panzas à la suite demandent une bonne dose d’énergie avec une sortie mémorable, où il faut jeter à partir de réglettes douloureuses vers une prise salvatrice. Une longueur très bloc, mais courte.

L7 6b+ : Dans le même style, mais en plus fin, avec des panzas et des réglettes pour se rétablir à chaque fois. Entre galets grisâtres et orangées, le rocher n’est ici plus du tout patiné, mais au contraire abrasif.

L8 6b : bien moins soutenue que ses précédentes, cette longueur n’est pourtant pas démunie d’intérêt.

Au final, Vixente Inuxente propose une escalade engagée, des passages de panzas vicieux[1] et des longueurs continues sur patates espagnoles. Très plaisant. Mais il nous aura quand même fallu pas loin de 6h pour sortir la voie !

[1] voire les Vicious Panzas...

Passage en dülfer en milieu de L3 (6b+), technique
Passage en dülfer en milieu de L3 (6b+), technique
Passage en dülfer en milieu de L3 (6b+), technique

Passage en dülfer en milieu de L3 (6b+), technique

Une patate qu'on adore en fin de longueur (L5) !

Une patate qu'on adore en fin de longueur (L5) !

Riglos, village pour certains, simple hameau pour d'autres.
Riglos, village pour certains, simple hameau pour d'autres.

Riglos, village pour certains, simple hameau pour d'autres.

Sarah, au repos pour une fois !

Sarah, au repos pour une fois !

Pour clore définitivement cet article, un petit mot à mes guides favoris et à l'équipe du stage.

Je ne pensais pas pouvoir, aujourd'hui, repartir d'une semaine de stage à l'étranger en étant aussi décontenancé, aussi nostalgique, aussi perdu. Cette semaine était en tout point, une aventure autant qu'une escapade sportive. Chaque journée mériterait d'être conter, sans aucun moments à écarter.

J'ai fait la connaissance de personnes plus que sympathiques. Certaines étaient très amusantes, d'autres extrêmement attachantes... Oui, Sarah, être en cordée avec toi était vraiment chouette, très heureux d'avoir fait ta rencontre.

Pour sûr, un mixte savoureux, entre grandes voies, apéro à l'espagnol (veterano y cervesa), et soirées interminables sous l'emprise dionysiaque.

Enfin, Romain et Simon, merci encore !

Commenter cet article